Panier d'achat

Fermer

Fréquemment achetés ensemble :

🌲🌲 Uniquement lors du week-end du vendredi vert, nous plantons 2 arbres au lieu d'un par produit ! 🌲🌲
123‘456

La vie dans la forêt tropicale - les derniers Penan de Bornéo

Posté le 06 septembre 2019

La forêt tropicale du Sarawak, sur l'île de Bornéo, est le foyer et le moyen de subsistance des Penan. Vingt ans après que le militant écologiste Bruno Manser se soit battu avec les Penan contre l'abattage des arbres, la forêt est toujours menacée. Dans son livre Doomed Paradise, le photographe Tomas Wüthrich donne un aperçu impressionnant de leur vie dans la forêt.

Penan à Bornéo

Tomas Wüthrich

Depuis 2014, le photographe Tomas Wüthrich documente la vie quotidienne et la culture des Penan. Originaire de la jungle du Sarawak à Bornéo, ce peuple nomade est menacé par l'exploitation illégale de la forêt tropicale. Les Penan ont attiré l'attention internationale pour la première fois dans les années 1980 grâce à l'activiste environnemental suisse Bruno Manser. Pendant des années, Manser s'est engagé avec passion en faveur de la population indigène et de la forêt tropicale. Il a été porté disparu en mai 2000 et a été déclaré disparu en 2005. Le livre de Tomas Wüthrich, Doomed Paradise - The Last Penan in the Borneo Rainforest, brosse un tableau nuancé de leur vie actuelle, façonnée par leur connaissance de la nature et de plus en plus par la technologie moderne.

 

La vie nomade dans la forêt

Jusqu'à une bonne partie du XXe siècle, les Penan ont vécu en nomades dans le bassin versant des grandes rivières Magoh et Limbang sans pratiquer l'agriculture ou l'élevage - la forêt et les rivières leur fournissaient tout ce dont ils avaient besoin. La chasse au babui, le cochon barbu sauvage, et l'extraction de la farine du sagoutier avaient - et ont toujours - une signification particulière. Dans les années 1950, l'anthropologue Rodney Needham est venu au Sarawak et a commencé à étudier leur mode de vie et leur culture. Les découvertes de Needham constituent aujourd'hui la base du travail du linguiste et documentariste canadien Ian Mackenzie, qui étudie la langue penan depuis 1991, recueille leurs mythes fascinants et en publie aujourd'hui une sélection en penan, en anglais et en allemand pour la première fois dans Doomed Paradise de Tomas Wüthrich ; Mackenzie a fait la connaissance des Penan par l'intermédiaire de Bruno Manser. Les mythes peuvent également être écoutés via un code QR.

 

Penan Bornéo

Tomas Wüthrich

 

Sédentarité et modernité

La plupart des quelque 10 000 Penan ont fini par se sédentariser sous la pression du gouvernement et des missionnaires évangéliques et ont commencé à cultiver le riz. Mais le mode de vie de certains Penan se transforme en nomadisme : Un exemple est le groupe semi-nomade autour du chef Peng Megut, qui est au centre du travail photographique de Tomas Wüthrich. Le photographe a passé environ six mois seul avec le groupe de Peng Megut, documentant leur vie quotidienne, leur chasse au cochon barbu ou au singe à l'aide de sarbacanes, leur extraction de la farine du sagoutier. Il a également noté l'importance que les téléphones portables, les télévisions, les motos et les voitures ont acquise. Il est fascinant de constater que Peng Megut et son groupe ont réussi à préserver une île verte avec une forêt tropicale largement intacte au milieu d'une zone qui a été exploitée à plusieurs reprises.

 

Résistance à la déforestation

Les sociétés d'exploitation forestière ont envahi le territoire des Penan au milieu des années 1980. Les blocages des routes forestières ont été la forme la plus importante de résistance civile et non violente. En 2000, cependant, un peu moins de 10 % seulement de la superficie forestière avait été épargnée. La résistance a été particulièrement difficile pour les groupes de Penan nomades et numériquement faibles des régions de Magoh, Limbang et Meli'it. Ils continuent à ériger des barrages routiers et à garder et défendre leur zone forestière.

 

Penan Bornéo

Tomas Wüthrich

 

Cartes pour la conservation de la forêt tropicale

Bruno Manser a fondé de son vivant le Bruno Manser Fonds (BMF), qui s'engage en faveur des forêts tropicales, de leur faune et de leur population, mais surtout de la forêt tropicale de Bornéo et du mode de vie des Penan. Dans le cadre d'un projet de cartographie communautaire, le BMF a travaillé avec les Penan pour élaborer des cartes précises qui enregistrent leurs droits fonciers. Leur importance a été démontrée, par exemple, en octobre 2018, lorsque la police, appelée à l'aide par la société d'exploitation forestière Lee Ling, a exigé de manière surprenante que les exploitants forestiers respectent la revendication des droits fonciers de Peng Megut et quittent la zone.

 

Une existence fragile dans la forêt tropicale

Les photographies de Tomas Wüthrich montrent combien la richesse de la forêt tropicale rend possible la vie et la culture des Penan jusqu'à aujourd'hui, mais combien leur existence est devenue fragile. Le livre de Tomas Wüthrich, Doomed Paradise - The Last Penan in the Borneo Rainforest, nous incite à faire davantage pour protéger la forêt tropicale et préserver un mode de vie ancien et naturel.

Imprimé sur du papier 100 % sans arbre, fabriqué à partir de farine de chaux, et relié sans colle toxique, ce livre ramène non seulement les images mais aussi, pour la première fois, les mythes écrits à leur lieu d'origine : les Penan.

 

Penan Bornéo

Tomas Wüthrich

 

NIKIN - Ce que nous faisons pour les forêts pluviales

Chez NIKIN, nous nous sommes engagés à faire quelque chose pour que les forêts du monde continuent à fournir aux animaux et aux plantes l'habitat dont ils ont besoin. C'est pourquoi nous soutenons le travail de notre organisation partenaire OneTreePlanted. Pour chaque achat chez NIKIN, vous faites don d'un arbre ! De cette manière, vous contribuez à empêcher la disparition totale de la forêt tropicale avec très peu d'argent.

 

L'auteur : Tomas Wüthrich

Tomas Wüthrich est un photographe suisse indépendant. Ses reportages et portraits primés sont publiés au niveau international dans GEO, Das Magazin, NZZ am Wochenende , entre autres. Entre 2014 et 2019, il a accompagné un groupe de Penan encore largement nomades lors de plusieurs séjours prolongés à Bornéo. Il vit à Liebistorf, en Suisse.

 

Tomas Wüthrich

 © Andri Pol

 

0 commentaires

Écrire un commentaire

Tous les commentaires du blog sont examinés avant d'être publiés

Ajouter au panier d'achat Actuellement épuisé